Actualités

A Tours, le Cher est mis au chômage

Article de journal


illustration A Tours, le Cher est mis au chômage

Pendant trois semaines jusqu’au 20 octobre, le niveau du Cher a été diminué artificiellement pour inspecter 8 km de digues et écrêter des bancs de sable.

« Trois semaines pour entretenir la rivière », titrait la Nouvelle République. Du 30 septembre au 20 octobre, Tours Métropole et le syndicat du Nouvel Espace du Cher, le NEC, ont volontairement diminué le niveau du Cher au plus bas. Autrement dit, l'affluent de la Loire, a été « mis au chômage ». Cette opération avait pour but de permettre l’entretien de deux barrages et d’inspecter huit kilomètres de digues.

L’abaissement du Cher a aussi permis au NEC d’écréter plusieurs bancs de sable, comme l’explique Tours Métropole sur son site web : « Via une intervention mécanique, le NEC va réduire la hauteur de certains bancs de sable, là où la végétation pourrait s’implanter à court terme. Les études précédentes ont montré qu’il fallait éviter que ces bancs de sables deviennent des îles, ce qui à terme arriverait si la végétation aquatique se développe davantage. Extraire le sable n’étant ni autorisé, ni souhaitable, l’opération consiste à étaler le sable vers des points plus bas pour qu'il soit repris par le Cher lors des crues, puis à en suivre l’évolution par des relevés précis. »

Autre intérêt enfin de cette opération : ramasser les déchets gisant dans la rivière.

Sources :

https://www.lanouvellerepublique.fr/tours/cher-trois-semaines-pour-entretenir-la-riviere

https://tours-metropole.fr/actualites/travaux-sur-le-cher-tours-metropole-val-de-loire-entretient-ses-infrastructures

 

Contributeur

thibault lescuyer

Retour à la liste

Commenter

S'inscrire ou se connecter pour laisser un commentaire.

0 commentaires

Haut de page