Actualités

Alpes-Maritimes : «On élimine des villas dangereuses en zone inondable »

Article de journal


illustration Alpes-Maritimes : «On élimine des villas dangereuses en zone inondable »

Suite aux inondations meurtrières de 2015, la commune de Biot a lancé un programme de démolition et de relogement pour des habitations situées en zone inondable. Les premières démolitions ont commencé en septembre.

Située à proximité immédiate d’Antibes, la ville de Biot (10.000 habitants) a connu le drame le 3 octobre 2015, quand trois personnes sont décédées dans leur maison de retraite inondée. C’est « une vague, provenant du canal d'évacuation des eaux de pluie, qui a envahi l'établissement sur plus d'un mètre de hauteur », relatait alors l’AFP. Cette vague avait été occasionnée par les pluies intenses qui s’étaient abattues pendant la soirée sur la région (jusqu’à 180 mm en trois heures à Cannes). Trois ans plus tard, la ville a débuté la démolition de plusieurs habitations, comme le relate le quotidien Aujourd’hui en France :

« Sur 61 dépôts de candidatures de propriétaires décidés à déménager, 18 maisons devraient être concernées d'ici au premier trimestre 2019 pour un budget prévisionnel de 12 M€. Avant fin novembre, six seront rasées et cinq, habitées au premier étage, verront leur rez-de-chaussée muré ».

Ces relogements et démolitions sont financés par le fonds de prévention des risques naturels majeurs, plus connu sous le nom de Fonds Barnier. C’est ce que précise le site internet officiel de la ville de Biot :

« La commune a informé les propriétaires qu’il était possible de demander l’acquisition amiable de leurs biens via le dispositif Fonds Barnier. Ce dernier permet à la commune de se faire subventionner pour l’acquisition amiable et la démolition ou la condamnation de biens fortement exposés à un risque naturel majeur. Les sinistrés concernés pourront se réinstaller dans des conditions économiquement satisfaisantes, en dehors des zones à risques. »

A l’issue des démolitions et emmurements, dont la première tranche est prévue jusqu’au 30 novembre, les espaces qui étaient occupés par des habitations seront transformés en lieux de promenade, de loisirs, et en jardins partagés. Autant d’aménagements qui, selon la maire de Biot, « ne constituent pas des obstacles à l’écoulement des eaux. »

Sources :

http://www.leparisien.fr/societe/intemperies-a-biot-on-elimine-des-villas-dangereuses-en-zone-inondable-21-09-2018-7897332.php

http://www.biot.fr/fonds-barnier-lancement-premieres-demolitions/

Contributeur

BROUST Perrine

Retour à la liste

Commenter

S'inscrire ou se connecter pour laisser un commentaire.

0 commentaires

Haut de page