Actualités

DiguesELITE : Une nouvelle façon de (re)construire les digues

Avancement projet

illustration DiguesELITE : Une nouvelle façon de (re)construire les digues

Protection contre les inondations : un matériau innovant pour renforcer les digues

En France, 9000 kilomètres de digues fluviales et maritimes ont été construites au cours du temps pour protéger les territoires contre les inondations. Aujourd’hui, les deux tiers de ces ouvrages, dont certains datent du Moyen-Age, nécessitent d’être vérifiés ou confortés. C’est là l’enjeu du projet DigueElite. Initié en 2013, ce projet de recherche et développement, qui réunit des industriels et Irstea, vise en effet à renforcer la résistance des digues fluviales face à l’érosion. Comment ? Par l’emploi d’un nouveau matériau - de la terre traitée à la chaux - qui accroît la cohésion du sol. Utilisable aussi bien pour la construction que la réparation des digues, cette technique présente, de plus, des avantages écologiques et économiques : d’une part, la chaux est un produit naturel, d’autre part, nul besoin d’acheminer une terre de bonne qualité : celle en place, même médiocre, peut convenir.

Encore fallait-il démontrer, en conditions réelles, que ce matériau « sol-chaux » améliore significativement la résistance des digues. C’est ce que vient de confirmer la dernière campagne d’essais du projet, réalisée début juin sur la digue expérimentale de Marsillargues dans le Gard : le matériau s’avère 3 à 6 fois plus résistant qu’un sol normal. Désormais confirmé, ce résultat devrait être rapidement transformé, puisque des digues en sol-chaux pourraient sortir de terre très prochainement.

Fiche identité du projet

Financement : 800 000 € - FUI (Fonds Unique Interministériel), soutien de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur et du Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône

Dates : 2013-2017

Porteur : ISL Ingénierie (PME)

Partenaires : Irstea, Lhoist France (multinationale), Arcor Technologies (PME), Centre d'ingénierie hydraulique d’EDF.

Du dispositif pour l’expérimentation à l’outil de diagnostic

« Améliorer la résistance d’une digue nécessite d’étudier trois facteurs : sa résistance mécanique, sa résistance à l’érosion interne et sa résistance à l’érosion de surface. C’est ce dernier critère qu’il nous restait à vérifier pour confirmer l’intérêt de la nouvelle technique », commente Stéphane Bonelli, initiateur du projet à Irstea. L’érosion de surface se produit en cas de surverse lors des crues : le trop plein d’eau passe par-dessus la digue, il l’érode et la fragilise, parfois jusqu’à la rompre. Ce processus est à l’origine de près de la moitié des ruptures de digue, l’autre moitié étant due à l’érosion interne (on dénombre en moyenne une rupture de digue par an).

Alors, afin d’évaluer spécifiquement la résistance des ouvrages à ce type d’érosion, les experts d’Irstea impliqués dans le projet ont conçu un appareillage original permettant de reproduire le débordement d’une digue et d’en étudier l’impact. Certes, ce dispositif a permis de tester la performance du nouveau matériau, mais le bilan des travaux ne s’arrête pas là. « Nous disposons désormais d’un outil utilisable sur le terrain pour évaluer quantitativement la résistance à la surverse de toutes digues existantes. C’est un outil inédit. En permettant l’analyse des sols des digues sur site et non plus en laboratoire à partir d’échantillons, cela permettra d’objectiver l’évaluation des digues et d’être au plus près de la réalité », précise le chercheur. Conçu pour être transporté sur la digue, l’appareillage pourrait être reproduit et, à terme, mis à disposition des professionnels chargés de réaliser les diagnostics des ouvrages. Et les marques d’intérêt ne se sont pas faites attendre : l’équipe d’Irstea a déjà reçu des demandes d’expertise de digues en place. Sans équivalent connu, cette expertise devrait aussi rapidement s’exporter…

Consulter le site du projet DigueElite

Vous êtes gestionnaires d’ouvrages, consultez la note d’information

Contributeur

Jordan PERRIN

Retour à la liste

Commenter

S'inscrire ou se connecter pour laisser un commentaire.

0 commentaires

Haut de page