Actualités

R&D : des bactéries pour renforcer les digues

Article de journal

illustration R&D : des bactéries pour renforcer les digues

La Compagnie nationale du Rhône (CNR) expérimente dans son laboratoire de Lyon un procédé de renforcement des digues utilisant des bactéries et leurs propriétés chimiques. Un projet qui s’apparente au biomimétisme.

La bactérie "sporosarcina pasteurii" a « la capacité naturelle de créer des cristaux de calcite pouvant agglomérer des grains de sable », comme l’écrit l’AFP. Ce procédé est déjà exploité dans le BTP par la société Soletanche Bachy. Il est aujourd’hui au cœur du projet de recherche collaborative Boréal, pour renforcer des digues en charge permanente, soumises à l’érosion interne et à la liquéfaction.

Lancé en 2014 avec une labélisation par le pôle de compétitivité Axelera, Boréal associe la CNR et son Centre d'analyse comportementale des ouvrages hydrauliques (CACOH) avec EDF, Soletanche Banchy et d’autres partenaires. Au sein du laboratoire CACOH de la CNR, « un cœur de digue a été modélisé sur 8 mètres de longueur, 4 mètres de largeur et plus de 2 mètres de haut », afin de simuler les conditions d’un tronçon en taille réelle.

A terme, les bactéries pourraient remplacer le ciment et les résines injectées actuellement avec "l'avantage de conserver la porosité des sols pour permettre aux nappes phréatiques de circuler", selon Aurélie Garandet, ingénieure à la CNR citée par l’AFP. Le projet à 4,5 millions d’euros devrait se prolonger jusqu’en août 2018.

 

Sources :

Contributeur

ségolène Mortier

Retour à la liste

Commenter

S'inscrire ou se connecter pour laisser un commentaire.

0 commentaires

Haut de page