Version 1 du SIRS Digues

Caractéristiques techniques de la V1

Le SIRS Digues V1 était basé sur l’utilisation d’ArcView et du Runtime Access. Il se présentait sous la forme d’une barre d’outils intégrée à ArcMap, mais proposait également un accès « autonome » avec une interface spécifique indépendante des produits ESRI.

Que ce soit par ArcMap ou par l’interface autonome, l’application assurait l’accès et la manipulation des données contenues dans une base de données géographique structurée. Le format propriétaire d’ESRI, la geodatabase personnelle, était utilisé. Ce format permettait de stocker les données géographiques et descriptives dans une même base sous un format Access (.mdb).

Capture d'écran d'une fiche concernant un désordre (SIRS Digues V1) :

Fiche désordre SIRS v1

Caractéristiques organisationnelles :

Le SIRS Digues a d’emblée été conçu non pas comme un simple produit logiciel mais comme devant être intégré à un système complet composé de software (logiciels divers), de matériels informatiques, de personnes avec leurs compétences spécifiques, de méthodes, cela dans le contexte d’une organisation existante (exemple : le SYMADREM).

Pour cette raison, une attention soutenue a toujours été portée au suivi des déploiements et du projet dans sa globalité pour qu’il continue à rester au plus près des besoins utilisateurs.

Le logiciel étant basé sur l'utilisation de composants propriétaires, des tentatives ont initialement été faites pour le distribuer sous une licence payante. Il n’a jamais été trouvé de péréquation satisfaisante pour attribuer un coût juste à cette licence d’utilisation. En ce qui concerne la mutualisation des coûts, les propriétaires étaient dans une impasse…

C’est dans cette perspective que le projet de refonte de la V1 du SIRS Digues a vu le jour et a été conduit.

Un besoin d'évolution :

  • Des questions assez classiques d'ergonomie qui apparaissent toujours à l'usage, de fonctionnalités additionnelles ou de recentrage des fonctionnalités existantes demandées par les utilisateurs dont les besoins évoluent, se sont posées.
  • Des besoins d'évolution « technique » ont pu être identifiés : manque de performance de certains composants, inadaptation ou vieillissement de certains autres, problème de vendor-lockin…
  • Une adaptation à la nouvelle règlementation en vigueur se faisait toujours plus pressante (Décret digues 2007 ou bien celui de Mai 2015, par exemple)
  • Un besoin d'une interface avec des accés différents selon les profils des pratiquants (jouant sur les droits) : administrateurs, utilisateurs, spectateurs ...; et des accés concurrents à la base de données (plusieurs utilisateurs en même temps)
  • Il doit s’ouvrir vers un plus grand nombre d’utilisateurs et donc plus attractif et plus simple
  • Mutualisation des moyens via France Digues : lien entre ces réflexions à travers ses adhérents, dont fait partie, entre autres, l’Etat
  • ...

 

 

Haut de page