Vous devez vous connecter pour pouvoir participer au forum.

CSPS

Bonjour,

Nous rédigeons actuellement le CCTP pour la réalisation de travaux de réparation des ouvrages hydrauliques du Cordon d'Or et de Boutric sur la commune de l'Isle Saint Georges.

Nous nous interrogeons sur l'opportunité d'un CSPS.

Pourriez-vous nous confirmer le besoin impératif d'un coordonnateur en matière de sécurité et de protection pour la santé pour les travaux que nous souhaiterions réaliser sur ces 2 ouvrages hydrauliques (2 CCTP).

Vous trouverez ci-dessous les principales phases de travaux.

- Cordon d'Or : 
 
      • Travaux préalables : coupe de la végétation herbacée et arbustive, mise en place de batardeaux (mise en assec du cours d'eau au niveau de l'ouvrage), pompage de l’eau arrivant de l’amont
      • Enlèvement des équipements existants (pelle et clapet)
      • Mise en place d’un nouveau clapet et d’une nouvelle pelle (avec coeff marée inférieurs à 50)
      • Reprise du bâti béton (ouvrage béton présentant de nombreuses fissures avec infiltration d'eau)
      • Ouvrage d’évacuation des eaux pluviales (mise en place d'une buse sous la digue)
      • Reprise de la digue (apport de matériaux, terrassement)

  

- Rouille de Boutric : Travaux à réaliser en fonction des marées, mise en assec provisoire du cours d'eau.

  • Protection de berges sur 5 ml en amont de l’ouvrage en rive gauche et rive droite (reprofilage des berges, enrochements)
  • Protection de berges par pieux bois en rive droite avec génie végétal (25ml)
  • Simple retalutage des berges en rive gauche
  • Reprofilage du lit sur 35 ml
  • Suppression des grilles et mise en place d’un par-embâcle aval.


En vous remerciant d'avance pour vos réponses.
Bien cordialement

Modifié il y a 7 mois, 2 semaines
citer citer la sélection
Bonjour,
Je me permets de relayer cette information.
Voici néanmoins un retour à chaud que je peux vous faire :
Une réponse peut vous être apportée par votre DDT avec leur service juridique et leur services liés au TP car là on dépasse notre domaine de compétence qui sont les digues, il s'agit plutôt de réglementation plus large du domaine des travaux publics.
Normalement ce genre de référant/coordonnateur se trouve déjà au sein des entreprises de TP dès qu'elles deviennent assez importantes (surtout au sein des entreprises/BE qui ont l'habitude de conduire de grand projet). Pour de petits travaux je ne sais pas si ce genre de coordonnateur est obligatoire.
Modifié il y a 7 mois, 1 semaine
citer citer la sélection
Bonjour,
Il me semble qu'un CSPS est nécessaire dès qu'il y a un risque de co-activité, de chute de hauteur, de noyade.
Par principe, nous prenons assez souvent un CSPS afin de partager la responsabilité en cas d'accident sur le chantier. Ils ont souvent de bonne idée pour facilité le déroulement d'un chantier en toute sécurité à la fois pour l'entreprise mais également pour le MO et le MOE.
Une consultation sur la base de 3 devis étant assez rapide, on ne s'en prive pas.
Bonne journée
PS : si besoin, ne pas hésiter à me contacter
Emmanuel RENOU
erenouATsm3a.com
citer citer la sélection
Bonjour et merci pour votre retour,
Nous pensons en effet qu'il est nécessaire de prendre un CSPS avec la mise en assec du cours d'eau et la mise en place d'un garde corps et d'une plate-forme sur l'ouvrage. Les travaux s'effectuent à quelques mètres de la Garonne avec l'influence des marées.

En vous remerciant une nouvelle fois et vous souhaitant une bonne journée.
Bien cordialement
citer citer la sélection

Bonjour,
 
Effectivement, comme le rappelle Emmanuel Renou, l’intervention d’un CSPS est souvent justifiée par la coactivité sur un chantier. Cette notion est plus évidente sur un chantier du Bâtiment où de nombreux corps de métier se croisent et partagent les mêmes espaces.
 
Pour ce qui concerne nos chantiers courants de réparation et confortement de digues, notre marché à bons de commande précise que l’intervention d’un CSPS se fera suivant l’appréciation du contexte par le maître d’ouvrage, donc pas de manière systématique.
Concrètement et sans rentrer dans les détails, cela veut dire que nous examinons le contexte du chantier en considérant le type de travaux (importance, durée …), les conditions d’intervention et tout élément (propre au chantier ou extérieur) qui peut constituer un risque, autant pour les personnes sur le chantier qu’en dehors du chantier. Par contre, notre marché prévoit et décrit des dispositions en matière de sécurité vis-à-vis entre autres des risques de chute en rivière et de noyade. Reste ensuite à notre charge de faire appliquer ces dispositions qui sont à la fois frappées du bon sens, faciles à mettre en œuvre et peu contraignantes pour l’entreprise.
 
Au-delà de tout ça, si nous choisissons de ne pas missionner systématiquement de CSPS sur nos chantiers, ce n’est par goût du risque et des responsabilités mais parce que notre expérience dans le domaine a été souvent décevante :
-     PGC sans aucune plus-value : expertise et propositions concrètes du CSPS, au mieux d’une banalité et d’une évidence consternantes, au pire inapplicables, inutiles et hors sujet, ce qui revient au même ;
-     DIUO : là, on touche le fond ! Dans un Dossier d’Intervention Ultérieure sur Ouvrages, nous attendons des propositions (voire des solutions) pour nos interventions ultérieures sur les ouvrages réalisés (entretien, réparation … ). Manifestement, les mots n’ont pas le même sens pour tous puisque nous obtenons trop souvent un truc à situer entre le DOE et le défonçage de portes ouvertes : rappel des travaux et de leurs conditions de réalisation, liste des intervenants, litanie d'adresses et  de numéros de téléphone divers et autres banalités. Bref, on est loin des propositions de solutions concrètes pour sécuriser les interventions ultérieures de nos agents ou de nos entreprises sur nos ouvrages.
 
Nous vous rassurons tout de même, il existe des CSPS qui nous satisfont et nous faisons appel à leur service si nécessaire. Ces derniers savent être de bon conseil et apporter une réelle plus-value en matière de sécurité et de déroulement du chantier. Donc, oui à la coordination SPS mais pas forcément de manière systématique et, en tout cas, sans perdre de vue les finalités et l’intérêt d’une telle prestation pour le maître d’ouvrage et les entreprises.
 
 
Patrick Argentier – SYMBHI-Pôle gestion des ouvrages
Modifié il y a 7 mois, 1 semaine
citer citer la sélection
 

Vous devez vous connecter pour pouvoir participer au forum.

Haut de page