Vous devez vous connecter pour pouvoir participer au forum.

Plantation arbres et arbustes derrière une digue

Bonjour,
Le SIABH est propriétaire et gestionnaire d'une digue le long d'un cours, construite en argile en 2016 dans le cadre de travaux de protection d'un hameau (classement en C à venir).Il faut savoir que cette digue n'a pas vocation à retenir de l'eau, et nous avons des crues très rapide (cours d'eau torrentiel). La limite de propriété du syndicat se situe en pied de digue (côté zone protégée). Nous avons reçu une demande de "notre voisin" qui souhaiterai planter une haie bocagère pour s'abriter du vent, s'isoler de la vue sur une RD en face, … Il nous demande s'il peut le faire et à quel distance de l'ouvrage. Le problème c'est qu'il est chez lui, on a pas mis en place de servitude et de restriction d'exploitation derrière d'ouvrage.
Alors, est ce que l'on peut lui interdire de planter des arbres et arbustes sur son terrain derrière l'ouvrage sans l'avoir indiquer au moment de la rédaction de l'acte de vente?  Si plantation possible, y a t'il une distante minimal à respecter ?
Merci d'avance pour votre aide. Cordialement
citer citer la sélection
Bonjour,
Selon moi il y a deux points à considérer :
  • L'implantation de cette haie : en zone protégée (donc pas sur l'ouvrage), et sans impact sur l'efficacité du système, elle ne pose pas de problème.
  • Les espèces choisies pour constituer la haies : l'enracinement de certains ligneux peut impacter la digue (système racinaire horizontal) si planté trop près.

Étant donné qu'on parle ici de haie par conséquent plutôt d'arbuste les contraintes sont donc limitées, il faut surtout que celle ci ne gène pas la bonne gestion de l'ouvrage, avec potentiellement un passage en pied de digue nécessaire pour de l'inspection ou du débroussaillage de cette dernière.

Jordan Perrin.
citer citer la sélection
Bonjour,
La réponse de Jordan est complète,
Une distance de 1.5 m du pied de digue serait déjà bien, 2 m dans l’idéal.
et les espèces doivent être uniquement arbustives. Attention éviter absolument les bambous ou autres espèces rhizomateuses. Les cornouillers, troènes, sureaux, aubépines, églantiers et buis sont à privilégier. La haie devra être taillée tous les 2 ans à minima pour ne pas gêner le passage en pied d'ouvrage.
Caroline Zanetti
citer citer la sélection
Bonjour,
Merci pour vos réponses.
citer citer la sélection
Bonjour,
Les arbres et arbustes ont différents types de systèmes racinaires. Cependant à proximité d'un cours d'eau, les racines vont vers le cours d'eau. Ainsi, plantés côté val protégé, les racines iront dans la direction de la digue. Or un arbre/ arbuste vivant abandonne une partie de ces racines durant sa vie, celles-ci comme pour un arbre/arbuste mort pourrissent, rétrécissent et créent des chemins préférentiels d'écoulement dans la digue ou sa fondation.
Nous préconisons absolument aucun arbre, arbuste, mare ou même construction à 5 m du pied de digue pour éviter les racines, permettre la visibilité du pied, éventuellement à terme, acheter les qq mètres au pied pour créer une piste et circuler ou même  faire des travaux (drains, élargissement, fossé… ). Si cette distance n'est vraiment pas possible, alors au moins 3 m.
Nous préconisons également, jusqu'à 10 m d'éviter les éléments sous terre importants (arbres, mare, piscine, cave… ).
L'idéal reste en effet de créer une servitude lors de la construction et d'informer les riverains (dans un remblais ferroviaire, on plante un arbre pour tenir la terre, dans une digue, on ne plante pas d'arbre pour ne pas qu'elle casse … ).
Bonne journée
Modifié il y a 1 mois, 1 semaine
citer citer la sélection
Bonjour à tous,
Je serais moins catégorique que mes collègues. En pied d'ouvrage, il est possible de mettre en place des dispositifs anti-racinaires très efficaces empêchant les racines de prendre la direction du cours d'eau ou de perforer les digues. (Techniques utilisées en génie urbain).
Lors de la construction d'une digue, il peut être judicieux d'anticiper ce type de demande et de mettre en place ce type de géotextile de même que l'on met en place des grillages anti-fouisseurs. En milieux urbain, il peut également être possible dans le cas de talus adoucis d'anticiper une demande des services espaces verts de créer des points d'ombrages en aménageant des poches pouvant permettre ce type d'aménagement.
Vous pouvez me contacter pour plus d'information sur les techniques mise en place par le SM3A.
Bonne journée
citer citer la sélection
 

Vous devez vous connecter pour pouvoir participer au forum.

Haut de page