Actualités

Saône Doubs Bresse définit ses systèmes d’endiguement

Article de journal


illustration Saône Doubs Bresse définit ses systèmes d’endiguement

Au confluent de la Saône et du Doubs, la communauté de communes Saône Doubs Bresse (CCSDB) vient de dresser un état des lieux de ses digues. Deux systèmes d’endiguement seront déclarés aux services de l’Etat.

Crédit photo : CCSDB

« Suite à la prise de compétence Gemapi, nous avons lancé une étude pour définir nos systèmes d’endiguement : il s’agissait de faire un état des lieux, pour distinguer les digues qui relèvent des systèmes d’endiguement de celles qui sont à vocation agricole » explique Catherine Debeaune, Vice-Présidente en charge de l’aménagement du territoire et de la Gemapi à la communauté de communes Saône Doubs Bresse (CCSDB). Cet état des lieux a été conduit entre septembre 2020 et février 2021, sur un linéaire de 83 km. Il a permis de clarifier la situation : environ 25 kilomètres constituent des ouvrages de protection des populations, le reste étant des digues de protection agricoles.

Les résultats de cette étude, dont le coût s’élève à 43.000 euros, ont été présentés aux élus du conseil communautaire fin février. Ils ont ensuite été relayés par Le Journal de Saône-et-Loire :

« Seules les digues de Longepierre et Saône Doubs protègent les habitants et peuvent bénéficier d’argent public pour leur entretien. Elles seront gérées par la communauté de communes Saône Doubs Bresse, laquelle pourra bénéficier de subventions. Toutes les autres sont des digues agricoles et sont gérées par des Associations syndicales autorisées (ASA), financées par les cotisations des propriétaires terriens».

 

 « Il y avait énormément de données disponibles mais il fallait les actualiser et faire des synthèses », précise Jennifer Alarcon, chargée de l’aménagement du territoire et de la Gemapi à la communauté de communes Saône Doubs Bresse. Pour piloter ces études, la communauté de communes a bénéficié de l’appui de l’établissement public territorial (EPTB) de bassin Saône Doubs, ainsi que des services déconcentrés de l’Etat (DREAL Bourgogne Franche Comté et DDT 71), qui ont participé au comité de pilotage.

La prochaine étape est la réalisation des études de dangers et la déclaration réglementaire des systèmes d’endiguement, d’ici fin juin pour Saône-Doubs et d’ici à la fin de l’année pour Longepierre. Ces études supplémentaires devraient coûter près de 100.000 euros, d’après Brigitte Béal, Présidente de la communauté de communes. Les élus anticipent le classement de deux digues, l’une en classe B protégeant potentiellement 4500 personnes et l’autre, de classe C, protégeant quelques 140 habitants. En parallèle, les élus de la Commission aménagement et environnement priorisent les opérations d’entretien et les travaux d’urgence en coordination avec les ASA.

Sources : Le Journal de Saône-et-Loire et la communauté de communes Saône Doubs Bresse

https://www.lejsl.com/environnement/2021/02/24/digues-la-premiere-etude-terminee-les-autres-vont-commencer

 

Contributeur

thibault lescuyer

Retour à la liste

Commenter

S'inscrire ou se connecter pour laisser un commentaire.

0 commentaires

Haut de page