Actualités

Tempête Alex : l’urgence, puis le long terme

Article de journal


illustration Tempête Alex : l’urgence, puis le long terme

Dans les Alpes Maritimes, le SMIAGE a lancé les premières réparations d’urgence sur les digues. A plus long terme, le projet de PAPI va être adapté. L’agence de l’Eau RMC invite à redonner de l’espace aux rivières. Pas toujours facile.

Crédit photo : TPBM

Suite à la dévastation de la tempête Alex, le Syndicat Mixte pour les Inondations, l’Aménagement et la Gestion de l’Eau maralpin (SMIAGE) est à pied d’oeuvre. Sur la Vésubie, plus d’un kilomètres de digues et d’ouvrages sont à reconstituer ou conforter, explique Cyril Marro, le directeur du SMIAGE, interviewé par le Moniteur. Dans la vallée de la Roya, l’urgence est « à la reconstitution d’un cordon de blocs sur la rive droite de la Roya afin de protéger le village de Breil d’éventuelles nouvelles crues en attendant la réalisation d’un ouvrage plus pérenne ». Il faut aussi conforter la seule route d’accès au village.

Travaux d’urgence

Ces travaux d’urgence ont été estimés à 100 millions d'euros pour la Vésubie et 60 millions d'euros pour la Roya. Le SMIAGE effectue les premières réparations en s’appuyant sur son marché à bons de commande avec un groupement d'entreprises : marché qui permettra de gagner du temps contractuellement.

Nouveau plan PAPI

« Avant cet événement, un nouveau PAPI Tinée, Var, Vésubie, Estéron était en préparation avec 60 millions d'euros d'investissements et un engagement début 2021. Mais il va falloir certainement revoir les priorités », explique le directeur du SMIAGE, interviewé par le média professionnel TPBM.

Pour Annick Mièvre, directrice de la délégation Paca-Corse de l'Agence de l'eau Rhône-Méditerranée-Corse, interviewée par le Moniteur, sur le long terme « une des priorités est la restauration des milieux aquatiques » qui permet de redonner de l’espace aux rivières en élargissant leurs lits. Mais dans un milieu naturel encaissé et contraint, des choix politiques seront à prendre : rendre inconstructible, reloger ailleurs ? « on ne peut pas vider les vallées de l'arrière-pays niçois de toutes activités et habitations », tempère Annick Mièvre.
 

Pour aider aux décisions d’aménagement, la métropole de Nice a annoncé qu’elle confierait à sa nouvelle « agence de sécurité sanitaire, environnementale et de gestion des risques » une étude d'un million d'euros pour « caractériser, cartographier et partager l'impact du phénomène hydrométéorologique ».

 

Sources :

https://www.lemoniteur.fr/article/tempete-alex-sur-la-vesubie-plus-d-un-kilometre-de-digues-et-d-ouvrages-hydrauliques-a-reconstituer-cyril-marro-smiage.2109694

https://www.tpbm-presse.com/intemperies-etat-et-collectivites-se-mobilisent-pour-la-reconstruction-3824.html

 

Contributeur

thibault lescuyer

Retour à la liste

Commenter

S'inscrire ou se connecter pour laisser un commentaire.

0 commentaires

Haut de page