Actualités

Châlons-en-Champagne prépare son système d’endiguement

Article de journal


illustration Châlons-en-Champagne prépare son système d’endiguement

Construite en 1927, la digue de Madagascar a besoin d’être rénovée. Un préalable est de définir le futur système d’endiguement de la ville.

Crédit photo : SGLRI 2016

 

La ville a officiellement changé de nom en 1997 (anciennement Châlons-sur-Marne) mais la digue de Madagascar, elle, a maintenu son appellation, tout comme le quartier Madagascar, qu’elle protège des inondations de la Marne. Classée C en 2013, cette digue « est en mauvais état », explique le Président du syndicat mixte de la Marne Moyenne (S3M), Bernard Collard, interviewé dans les colonnes de l’Union. « Elle doit être plate sur son sommet, sans trou, résistante à toute épreuve et ne pas présenter de risque de rupture.»

Or pendant de nombreuses années « aucun gestionnaire de la digue n’étant identifié, la digue a subi des modifications et dégradations (escaliers, prélèvements de terre, plantations, …) », d’après un document annexe (diagnostic) de la stratégie locale de gestion du risque d'inondation (SLGRI) 2016.

Cette digue en terre mesure 265 mètres pour une hauteur d’environ 2 mètres. « En cas de forte crue, le quartier Madagascar est d’abord inondé par l’aval, par surverse au-dessus de la digue, avant d’être soumis à des débordements directs de la Marne » (annexe de la SGLRI 2016).

Cinq ans après ce diagnostic et deux ans après la création du syndicat mixte S3M, des études techniques dont une étude de dangers sont en préparation : elles préciseront les scénarios de consolidation de la digue et les caractéristiques du système d’endiguement : « Sur une crue comme celle de 1983, la digue remplit son rôle. Mais est-ce suffisant ? Le niveau de protection sera à décider par les élus », explique Ludovic Malotet, Directeur du S3M.

Afin de l’accompagner sur ces études techniques, le S3M a demandé l’assistance à la maîtrise d’ouvrage de l’Etablissement Public Territorial de Bassin (EPTB) Seine Grands Lacs. L’assistance technique de l’EPTB devrait débuter à l’été 2021.

Outre les résultats de ces études, pour procéder aux éventuels travaux sur la digue, «il faudra des négociations et des expropriations pour cause environnementale», d’après Bernard Collard, car la digue est construite sur des terrains privés.

 

Sources :

https://abonne.lunion.fr/id263023/article/2021-06-05/pourquoi-la-digue-de-madagascar-chalons-doit-etre-refaite

https://www.marne.gouv.fr/content/download/13116/91594/file/annexe-1-diagnostic-prealable-SLGRI.pdf

Contributeur

thibault lescuyer

Retour à la liste

Commenter

S'inscrire ou se connecter pour laisser un commentaire.

0 commentaires

Haut de page